Nohora Arrieta Fernandez / Poétiques amers

nohora.jpeg

Nohora Arrieta Fernandez est promue docteur à l'Université de Georgetown en 2021. Son projet de thèse, Bittersweet Poetics: Politics and Aesthetics of the Sugar Plantation in Contemporary Brazilian and Caribbean Arts (1990-2018), enquête sur les œuvres d'art dans les sociétés de plantations de canne à sucre produites au Brésil et dans les Caraïbes au cours des trois dernières décennies (1990-2018 ). À travers une approche interdisciplinaire et la combinaison d'analyses textuelles et visuelles, d'entretiens et de recherches d'archives, son projet étudie comment, dans les sociétés de plantation traditionnelles, la création artistique remodèle et déstabilise les discours sur les marchandises, la nation et la citoyenneté noire. Nohora édite et co-traduit avec Mark Sanders (Université de Notre Dame) la poésie des poètes afro-colombiens Romulo Bustos et Pedro Blas Julio. Elle est une collaboratrice régulière de magazines d'art comme Artishock ou ContemporaryAnd.

Le titre de sa thèse se traduirait par "Poeticas amargas" en espagnol, Nohora étant afro-colombienne et en français nous pourrions le traduire par "Poétiques amers". La poétique reflète ici l'esprit même du courant artistique qui émane de l'expression des artistes constituant un noyau créatif et subversif des sociétés de plantations de canne à sucre mises en place pendant les périodes de colonisation et dont la culture cannière perdure aujourd'hui.

Parmis les archives connues à l'île de La Réunion, (qui je le rappelle, fait partie des anciennes colonies françaises, devenue département français depuis le 19 mars 1946) il y a le documentaire Sucre amer de Yann Le Masson en 1963. 

Poétiques amers siffle dans nos mémoires comme un vent faisant plier les fleurs de cannes.

Dialogue entre l'artiste brésilienne Ana Lira et Nohora Arrieta Fernandez.