Rencontre avec Delphine Wibaux

En juillet/août 2021, Delphine voyage à La Réunion dans le cadre de la résidence Transat organisée par Les Ateliers Medicis. Ainsi, La Box lui propose un espace de travail et l'invite à faire sa restitution de résidence dans son lieu. 

C'est ainsi que je rencontre Delphine Wibaux. Par un hasard heureux.

Son travail se dessine grâce à un parcours, à une épreuve du terrain, à une expérience du souffle. 

Sa restitution intitulée "Le corps de l'île qui marche" s'inscrit dans une temporalité multiple. Celle du corps, le sien, ceux des patients qu'elle rencontre et avec qui elle va fabriquer des pièces (au CHU du Tampon), celui de l'île, sa végétation, ses montagnes, son sol et l'océan. 

Dans ces temporalités plurielles, un paysage l'accueille. Delphine collecte et prélève des matières qu'elle agence afin de rendre la fragilité de celles-ci et forme avec elles des petites sculptures, posées à même le sol. Elle imprime ses photos sur du papier calque qui se recroqueville à la chaleur et l'humidité, qui se raidit au crépuscule hivernal. Une fine pellicule qui vit par elle-même et qui dévoile dans ses plis et ses replis des petits paysages, fragments rétiniens d'un île en mouvement. 

Delphine Wibaux propose "Le corps de l'île qui marche" à la Box, le 15 août 2021. C'est dans le cadre de sa résidence Transat avec Les Ateliers Médicis que Delphine restitue sa recherche à La Box, Espace de recherche et de création en art contemporain à La Réunion.

LE CORPS DE L'ÎLE QUI MARCHE

Toutes les vidéos

Toutes les vidéos

Voir

Un regard extérieur sur l'île est toujours très enrichissant. Il laisse le passé dans la troposphère et redescend détendu et nouveau.

L'invitation de Delphine Wibaux à participer au laboratoire Cueillir fait sens pour toutes ces raisons. 

Ici, nous aurons l'occasion de s'inviter mutuellement afin de proposer un regard ajusté par nos expériences respectives.

64 seuil poche de paysage 4.JPG.jpg

Seuil, poche de paysage détail.

© Delphine Wibaux / 2021