La Friche

"La friche" regroupe 40 photographies faisant état de plantes collectées dans l'espace hors collection. C'est le résultat de ce que j'appelle "déplier un espace". Ce geste de collecte est devenu un protocole de fabrication qui prend du sens pour mettre en avant une biodiversité et aussi permet de comprendre les mécanismes de vie. En effet si la nature a peur du vide, c'est dans les espaces perturbés par l'homme que les plantes dites "envahissantes" reprennent le dessus dès qu'elles en ont l'occasion. Ce vaste ring de "la raison du plus fort", donne matière à différentes plantes de développer leurs stratégies de propa.gation, puissantes et intelligentes, pour faire face à ce vide. 

Les choix plastiques de prise de vue et son dispositif donne de la légèreté aux plantes qui sont toutes ou presque classées Espèces Exotiques Envahissantes (EEE). Une terminologie qui nous annonce d'emblée la difficulté de co-habitation et surtout alerte d'une certaine dangerosité. 

Je n'ai pas résolu la question de l'invasion, si bonne ou mauvaise. Tout simplement elle est et d'un échan.ge avec Jean Hivert, est apparu une ouverture nouvelle : "La friche, un espace qui répond à une urgence face au développement urbain et rural provoquant le recul des forêts". Les plantes envahissantes se dé.veloppant rapidement par rapport à des espèces endémiques ou indigènes qui ont, elles, besoin de temps. 

Ce travail de "déploiement" d'un espace est une continuité dans ma démarche de contemplation. Obser.ver ce qui se passe autour de nous et s'attarder un moment, est presque là une performance dans notre société de production à grande échelle, de mouvement incessant ou nous sommes milles fois sollicités. C'est une posture qui demande un effort de concentration et de lâcher prise. Là ole jardin, ce paradis, lieu paisible et tranquille devient un sanctuaire, s'érige un écosystème a priori choatique: la friche. Le jardin ou autrement dit un espace créé par l'homme pour l'homme, pas pour les plantes parce qu'elles y sont contraintes engage une vision anthropomorphique de l'espace, du paysage. 

Regarder une friche se développer ou l'étudier c'est une manière de relever un échantillon d'un système végétal qui reprend le dessus.